Grand plat en faïence de Delft du début du XVIIIe siècle à décor de personnages japonais

Objet vendu

DELFT. Grand plat circulaire en faïence à décor en camaïeu bleu de chinois.
Marque PAK pour l’atelier de L’A Grec (De Grieksche A, 1658-1818), sous la direction de Pieter Adriaensz Kocx et sa veuve (1701-1722)
Diamètre : 35 cm
Infimes égrenures sur les bords.



Dès la seconde moitié du XVIIe siècle, après les troubles empêchant les importations de porcelaines chinoises et japonaises vers l’Europe, les faïenciers delftois doivent répondre à une demande importante des amateurs.
Ils copient alors les porcelaines orientales en faïence en essayant d’imiter le mieux possible la matière (grâce à une couverte plombifère appelée « Kwart », accentuant la brillance), la couleur du bleu et surtout les décors.

Ce plat (schotel) reprend ainsi une rare porcelaine japonaise « aï-kakiemon », dont Expertissim offre aussi actuellement à la vente une pièce (référencée sous le n° <a href="http://www.expertissim.com/ceramiques/plat-ai-kakiemon-en-porcelaine-japon-fin-xviie-siecle-o12143151.html">2013050990</a>)
Le peintre delftois a traité avec une certaine naïveté les personnages dont les traits sont plus semblables à ceux d’européens que d’orientaux. Il a en revanche ajouté des oiseaux dans la partie supérieure du plat car ces derniers étaient très appréciés par la clientèle européenne.

Ces pièces d’apparat en faïence, qui étaient bien moins coûteuses que les originaux en porcelaine de Chine ou du Japon, étaient alors mélangées à ces dernières sur des dressoirs dans le but de faire illusion.

L’A Grec figure parmi les plus prestigieux ateliers de l’époque.

Pour deux autres pièces au même décor, voir :

-Lille, Palais des Beaux-Arts, numéro d’inventaire C2347
-Drouot, Audap et Mirabaud, 10 novembre 2010 (par l’atelier du Pot de fleurs doré)

La Manufacture De Grieksche A (L'A grec) fut fondée en 1658 par Wouter van Eenhoorn et fut mentionnée dans les archives pour la dernière fois en 1818.
Entre 1678 et 1686, la direction fut assurée par le fils de Wouter, Samuel van Eerhoorn, dont l'originalité la plus marquante fut sans doute d'interpréter les décors orientaux en double camaïeu bleu et manganèse.
En 1686, Adriaen Kocks, marié à la soeur de Samuel van Eenhoorn, est à la tête de la manufacture. Jusqu'à sa mort, en 1701, il dirigea avec talent une équipe d'artistes dont certains sont connus comme Jan Verburgh ou Pieter van den Hurck, sans qu'il soit toutefois possible d'identifier précisément leurs œuvres respectives. Thèmes européens et thèmes orientaux étaient alors traités à parts égales par les peintres.

Pieter Adriaensz Kocks succéda à la mort de son père, en 1701, à la tête de la manufacture. Il mourut en 1703 et sa veuve, Johanna van der Heul, assura la direction de la fabrique jusqu'en 1722, date à laquelle elle cède l'entreprise à Jacobus van der Kool. Elle était elle-même plateelbakker, c'est à dire peintre faïencier et on lui attribue la marque J v d H. La marque PAK se retrouve notamment sur des pièces en camaïeu bleu de très grande qualité. Pour une large part, la production de Delft doré porte également cette marque célèbre, que l'on rencontre parfois au revers de faux Delft.
De 1722 à 1758, la manufacture de L'A grec appartient à la famille van der kool - van der Willigen. Elle fut ensuite achetée par Jan Theunis Dextra et se fit remarquer par une production diversifiée en polychromie de grand feu de style européen.

Provenance :

  • Pièces :  1
  • Référence Expertissim : 2013070015