Adolf-Ulrich WERTMÜLLER. Portrait de Molly Wittfooth

Objet vendu

WERTMÜLLER Adolf-Ulrich (Stockholm 1751 - Wilmington 1801).
« Portrait de Moly Wittfooth tenant une partition de musique ».

Toile et châssis d'origine.
Signée, localisée et datée sur la partition :
A. Wertmüller/Bordeaux 1789.
73 x 60 cm (Petit accident).

Provenance :
Descendance directe de Madame Jacques Balguerie, née Molly Anne Caroline Wittfooth.

Bibliographie : - M. Benisovich, Wertmüller et son livre de raison intitulé la « Notte », in « Gazette des Beaux Arts », juillet-décembre,1956, p. 53 ; G.W. Lundberg, Wertmüller, peintre suédois de Marie-Antoinette, son séjour à Bordeaux 1788-1890, Bordeaux, 1970, p. 34, n' 39, repr. pl. 16.
- Adolf-Ulrich Wertmüller à Bordeaux (1788-1790) in [Expo. Bordeaux, 1989] Le port des Lumières. La peinture à Bordeaux (1750-1800), pp. 335-352, fig. 9 p. 339.

Choisi parmi les meilleurs élèves de l'Académie des Beaux-Arts de Stockholm pour compléter sa formation à celle de Paris, Adolf-Ulrich Wertmüller arrive en France en 1772.

En 1787, il se met au service des têtes couronnées : nommé peintre du roi de Suède, il réalise également le portrait de La Reine Marie Antoinette et de ses enfants. L'année suivante, il rejoint son cousin Joseph Alexandre Roslin, le fils du peintre, à Bordeaux. Dans son livre de raison, La Notte de [ses] ouvrages, Wertmüller recense cinquante-deux portraits réalisés pendant son séjour de deux ans à Bordeaux, de 1788 à 1790, liste qui ne comprend pas les portraits offerts aux amis....Cette liste impressionnante révèle le succès de l'artiste dont le réalisme a conquis une clientèle constituée d'étrangers installés à Bordeaux : diplomates, émigrés, négociants attirés par l'essor commercial de la ville.

Ce lieu cosmopolite fait bon accueil à cet étranger de confession protestante. Il n'est pas rare qu'à l'intérieur d'une même famille, parents et enfants posent les uns après les autres, ainsi les Johnston, les Mac-Carthy, les Skinner... et les Wittfooth. Le 29 septembre 1789, Wertmüller finit le portrait de Jean-Charles Wittfooth, puis un mois plus tard, ceux de ses parents (cf. vente à Stockholm, Bukowski, 2 juin 2010, n' 237, repr.).

Le portrait de Moly est terminé le 12 décembre 1789, il exprime toute la candeur de la jeunesse du modèle avec une simplicité chère à l'artiste.

Provenance :

  • Pièces :  1
  • Référence Expertissim : 2011100002